C’est un privilège de danser avec toi

C’est un privilège de danser avec toi,

La danse est un réel espace de pratique méditative pour moi. Ecouter chaque partie de mon corps, les doigts, la hanche, la tête. Percevoir un tension, une gène, le début d’un mouvement. C’est un moment d’attention, solennel, précieux. Alors toutes les interactions avec les autres personnes le deviennent aussi : solennelles, précieuses.

Au détour d’un regard, d’un geste, peut-être qu’une envie d’aller vers toi apparaît. Homme, femme, ami depuis longtemps ou étrangère de passage. Avant de me rapprocher de toi, je te fais ma révérence intérieurement parce que toi aussi tu es dans un espace précieux et sacré. Tu es là pour ton plaisir, pour te nourrir. Tu n’es pas venu pour les autres, il n’y a plus de code social ni de politesse. Ici chacun est là pour soi. C’est ton temps. C’est ta danse. C’est ton monde.

Avant de venir à toi, je reste à la porte de ton domaine. Je suis là. Au seuil de ta maison et j’écoute. Ta danse, ta maison. Y-a-t-il assez de place pour accueillir ma danse ou alors ton espace est déjà plein de choses ? Il n’y a pas d’urgence. Je n’ai pas besoin de venir chez toi. Je n’ai pas soif. Je n’ai pas faim. C’est une visite amicale. Peut-être que ce n’est pas le moment alors je continuerai mon voyage.

Toi aussi tu prends ton temps. Derrière la porte sans l’ouvrir tout de suite. Tu vérifies si tu as réellement envie d’une rencontre. Est-ce que c’est un désir sincère sans politesse ? Est-ce que c’est le moment ? Est-ce que nos énergies sur l’instant sont compatibles ? Nos danses et nos énergies évoluent, changent rapidement alors ce qui était vrai il y a une minute ne l’est peut-être plus. Sommes-nous prêts à nous rencontrer ?

Si ma danse est bienvenue chez toi à cet instant, je prendrai le temps de me préparer. Je m'essuyerai les pieds. Je frapperai doucement à la porte. Suffisamment fort pour être  entendu. Suffisamment doux pour respecter ton silence. J’attendrai que tu demandes pour répondre. J’attendrai que tu ouvres la porte pour regarder à l’intérieur. J’attendrai que tu t’éloignes du seuil pour te suivre dans ta maison.

C’est un privilège d’être accueilli chez toi. C’est ton temps. C’est ton espace. C’est ta danse. Et durant les quelques minutes ou simplement les quelques secondes qui vont venir, ça sera le nôtre. Notre espace, notre danse, notre mouvement … notre foyer. Quelque chose se crée. Éphémère et précieux. Que nous emporterons chacun de notre côté pour continuer le voyage de la danse.

Chaque mouvement, chaque geste naît de notre rencontre, la rencontre de nos énergies, celle de nos émotions et de nos mouvements. C’est un partage intime, profond et sacré. Comme faire l’amour. Comme faire des enfants. Il va se passer quelque chose qui changera définitivement le reste de ma vie. Une danse naît. Peut-être qu’elle ressemblera à une autre mais dans l’essence elle sera unique. Unique dans tout l’univers. Unique dans toute l’éternité. 

Bien sûr, Nous allons passer à autres choses. Tellement de choses autres. J’oublierai cette danse. J’oublierai cet instant. Ma mémoire n’est pas assez précise pour se rappeler de tout. Mon coeur non plus. Mais c’est inutile parce que quelque chose en moi a déjà changé. Quelque chose DE moi a changé. Cet instant est comme une goutte d’eau dans un lac. On ne voit jamais la goutte d’eau du lac. On ne ramasse jamais une goutte d’eau dans un lac … mais il n’y a pas de lac sans gouttes d’eau. Il n’y a pas de danse sans ces échanges. Il n’y a pas vie sans moments de vie.

C’est juste que parfois j’ai l’esprit plus clair pour reconnaître une goutte d’eau dans un lac. Grâce à la méditation, au tantra et au yoga. Grâce à la danse. Grâce à toi.

Ce fut un privilège de danser avec toi.

Dszhabmmdq99ikiaghby
Thèmes évoqués : 

Membres concernés : 

Témoignage écrit par :
Duy
Créateur de Bilobaba

Des questions ou des commentaires ?

C'est ici :